Blog la grossesse et les huiles essentielles

« On m’a dit que… »

Il circule un nombre étonnant d’idées fausses sur les huiles essentielles, et plus encore sur leur usage durant la grossesse. Parmi elles : « les huiles essentielles sont dangereuses » et « les huiles essentielles sont strictement interdites aux femmes enceintes et qui allaitent ».

Les huiles essentielles ne sont pas dangereuses, elles sont puissantes, ce qui n’a rien à voir. Comme elles sont puissantes, elles peuvent effectivement devenir dangereuses si elles sont mal utilisées. Exactement comme le Doliprane, une voiture, le soleil, l’électricité ou l’eau. Les huiles essentielles ne sont pas dangereuses en soi.

Toutes les huiles essentielles ne sont pas interdites aux femmes enceintes. Certaines d’entre elles, nanties de composants potentiellement dangereux pour la maman ou pour le bébé, le sont effectivement. Mais une bonne trentaine d’huiles essentielles sont parfaitement inoffensives, soit parce qu’elles ne renferment strictement aucune molécule à risque, soit parce que, aux doses préconisées, elles ne présentent pas le moindre danger.

Prenons l’exemple de l’essence de citron, anti-nausées, recommandée en usage interne pendant le 1er trimestre de la grossesse : pourquoi se passer de ses immenses services sous prétexte qu’il s’agit d’une « huile essentielle » ? Si vous la considérez, à tort, comme dangereuse, alors interdisez-vous aussi le citron, le jus de citron, les zestes de citron dans la cuisine, les citrons confits… cela n’a pas beaucoup de sens !

En raison d’un principe de précaution extrême (si extrême qu’il en devient nocif, une dérive de plus en plus régulièrement décriée par de nombreux experts), tout devient « dangereux donc interdit ».
Et ne parlons pas de ce moment de la grossesse, période où les femmes sont encore très infantilisées et traitées comme de petites choses fragiles auxquelles on répond, lorsqu’elles souffrent de petits maux : « Prends ton mal en patience, il n’y a rien à faire. »
Bien sûr, souffrez en silence mesdames ! C’est pour la bonne cause… Ou, plus malin, utilisez ce qui peut l’être pour vous soigner efficacement et sans aucun risque, je le répète.

10 recommandations d’usage des huiles essentielles pendant la grossesse

L’aromathérapie peut « gérer » seule les incidents de parcours (ou accompagner un traitement allopathique, aider la femme enceinte à retrouver l’équilibre émotionnel (donc celui du fœtus), régler tout problème infectieux, circulatoire, inflammatoire, lié ou non à la grossesse.
Les huiles essentielles apportent un réconfort physique et moral.
Pour ce faire, elles pénètrent à travers la peau et/ou les voies olfactives, gagnent le sang et le système nerveux de la mère, et atteignent l’enfant. Il n’y a pas lieu de s’en inquiéter. Les aliments et les médicaments autorisés pendant la grossesse atteignent aussi l’enfant. Il ne grandit pas dans une bulle stérile et séparée du monde, heureusement. Mais rester prudente et vigilante tout en visant l’efficacité est évidemment impératif. Le but des formules de cet ouvrage destiné au grand public, tant aux débutantes qu’aux usagers avertis d’aromathérapie, est de :

– Remédier à un problème physique ponctuel. Elles agissent sur la peau ou pénètrent dans le sang par voie orale, rectale (suppositoires), cutanée (applications), aérienne (diffusion, respiration). Elles diffusent dans tout le corps et agissent au niveau de divers organes.

– Équilibrer l’affectif. Le fœtus, en perpétuelle résonance avec sa mère, imprime pour la vie ses états émotionnels et ses « accidents » nerveux. Si maman se sent bien, Junior aussi. Les huiles essentielles pénètrent par la voie olfactive (lorsqu’on les respire). Elles atteignent le cerveau où elles déclenchent la sécrétion de neuromédiateurs, lesquels agissent à leur tour au niveau hormonal.

1. Utilisez exclusivement des huiles essentielles indiquées ci-dessous. Respectez les précautions d’usage.
Arbre à thé – Basilic Français – Camomille noble – Céleri – Citron – Citronnelle – Epinette noir – Eucalyptus citronné – Eucalyptus radié – Fenouil doux – Géranium d’Egypte – Hélichryse (immortelle) – Laurier noble – Lavande aspic – Lavande vraie – Lentisque pistachier – Petit grain bigaradier – Pin Sylvestre – Ravintsara – Rose de Damas – Thym à Thujanol – Verveine citronnée – Ylang-Ylang

2. D’une manière générale, n’utilisez pas d’huiles essentielles par voie orale pendant toute la durée de la grossesse (surtout au 1er trimestre), sauf recommandations express d’un professionnel en aromathérapie. Ce peut être un pharmacien ou un médecin « spécial aroma ». Donc, nous répétons : par mesure de sécurité, évitez la voie orale les trois premiers mois de grossesse (sauf exception type « nausées du 1er trimestre »), par la suite, vous passerez par cette voie uniquement lorsque c’est indispensable, et pour une période très courte.

3. Tenez compte des contre-indications générales et spécifiques pendant tout ou partie de la grossesse.

4. En dehors des cas notifiés expressément au fil des pages, n’appliquez pas d’huiles essentielles pures sur la peau. Diluez-les auparavant dans une huile végétale.

5. Sauf exceptions, n’appliquez pas d’huiles essentielles sur la région abdominale et la poitrine durant les neuf mois.

6. D’une manière générale, diluez votre ou vos huiles essentielles dans de l’huile végétale (pour appliquer), du labrafil (pour boire), du miel, un sucre ou un comprimé neutre (pour laisser fondre en bouche), une base pour bain (pour le bain).

7. Respectez les conseils : choix des huiles essentielles (ne les remplacez pas par une autre, sauf conseil très avisé d’un expert en aromathérapie), quantité, voies d’utilisation et durée du traitement. C’est impératif.

8. Les traitements d’aromathérapie seront courts : toujours entre 1 et 5 jours, sauf exception – cures de 10 ou 20 jours. De toute façon, les huiles essentielles agissent vite et bien, leur puissance permet justement un traitement court mais efficace.

9. La voie vaginale est à emprunter sur conseil médical. Pas d’ovules aux huiles essentielles anti-mycoses sans avis médical par exemple.

10. Pour diffuser vos huiles essentielles, utilisez de préférence un diffuseur électrique sonique. Choisissez des huiles essentielles qui ne présentent aucun risque sur le système nerveux comme la lavande, les agrumes, le ravintsara, l’eucalyptus radié, l’ylang-ylang… Ne diffusez jamais en continu 24 heures sur 24 mais par périodes de 15 minutes, 2 à 3 fois par jour.

Partagé :

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Table des matières

Découvrez la boutique d'Orléans

Réseaux sociaux

Articles populaires

Articles similaires